Le Canada avait-il une interdiction d'alcool?

Le terme «prohibition» fait souvent référence spécifiquement à l'interdiction de l'alcool, ce qui signifie une interdiction de la production, de la distribution, de la vente et de la consommation de boissons alcoolisées. La prohibition de l'alcool au Canada s'est produite à différentes étapes et à différents niveaux de gouvernement, dont les interdictions municipales à la fin du 19e siècle, les interdictions provinciales au début du 20e siècle et une interdiction nationale de 1918 à 1920. Le Canada a imposé une interdiction fédérale à l'alcool. mesure temporaire de guerre pendant la Première Guerre mondiale. La plupart des provinces ont abrogé les interdictions d’alcool dans les années 1920, à l’exception de l’Île-du-Prince-Édouard, qui a continué d’appliquer les lois sur la tempérance jusqu’en 1948. L’interdiction de la consommation d’alcool résultait des efforts déployés par les mouvements sociaux et de tempérance pour fermer les tavernes et les bars, qui étaient considérés l'immoralité et la misère dans la société. Les lois d'interdiction ont été remplacées par des restrictions législatives à la vente de boissons alcoolisées aux mineurs et à l'introduction de taxes d'accise.

Prohibition du 19ème siècle

Diverses lois interdisant la vente d’alcool ont été promulguées au Canada, notamment la Loi canadienne sur la tempérance, adoptée avant la Confédération de 1864, également appelée Loi Dunkin, qui autorisait les comtés et les municipalités à adopter des lois sur l’alcool par vote populaire. Les forces de tempérance ont poussé le gouvernement à organiser un référendum national en 1898 pour déterminer le sort de l'alcool au Canada. Bien que 51% aient voté en faveur de la prohibition, le vote n’a pas force obligatoire et n’a pas débouché sur une nouvelle législation en raison de la faible participation électorale et de la vive opposition de la province de Québec.

Sacrifice en temps de guerre

En 1901, la prohibition de l'alcool fut promulguée à l'échelle provinciale à l'Île-du-Prince-Édouard. Au cours de la Première Guerre mondiale, le Yukon, Terre-Neuve et d'autres provinces ont suivi. L'interdiction de l'alcool était considérée comme un sacrifice social et un devoir patriotique. L'interdiction était plus compliquée au Canada qu'aux États-Unis en raison des rôles distincts des administrations provinciales et fédérales. Alors que le gouvernement fédéral créait des lois sur la production et le commerce de l'alcool, les provinces contrôlaient sa vente et sa consommation. En mars 1918, le gouvernement fédéral interrompt l'importation et la fabrication de boissons alcoolisées dans les territoires où l'alcool est interdit. L'application des lois sur la tempérance était difficile, mais l'ivresse, les désordres civils et les crimes connexes ont diminué. Cependant, l'alcool «moonshine» brassé à la maison a proliféré et rempli les rues. Entre 1920 et 1933, la production, le transport et la vente d’alcool étaient interdits aux États-Unis mais légaux au Canada. Cela a créé des situations dans lesquelles des passeurs ont expédié des charges d'alcool aux États-Unis sous la protection des lois canadiennes.

Abrogation des lois sur l'interdiction de l'alcool

La prohibition de l'alcool au Canada n'a pas duré assez longtemps pour avoir un impact significatif. Les opposants à la tempérance se sont ralliés à des lois dénonçant la liberté individuelle et les traditions britanniques. Le Québec a abrogé les lois dès 1919 et est devenu une destination prisée des touristes du Canada et des États-Unis. Les fabricants d’alcool ont afflué dans les grandes villes du Québec, créant ainsi des emplois et générant des impôts pour la province. La Colombie-Britannique a voté en faveur de la légalisation de l'alcool en 1920, suivie du Yukon. Le Manitoba a introduit les ventes contrôlées en 1923, suivi de l'Alberta et de la Saskatchewan (1924), de Terre-Neuve (1925), de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick (1927) et de la Nouvelle-Écosse (1930). L'Île-du-Prince-Édouard a maintenu ses lois sur la tempérance jusqu'en 1948.