Qu'est-ce que l'Union du Maghreb Arabe?

Union du Maghreb Arabe

L'Union du Maghreb Arabe (UMA) est une union formée par la Tunisie, l'Algérie, le Maroc, la Libye et la Mauritanie dans le but de renforcer les échanges commerciaux entre les pays membres. Cependant, il est considéré comme étant en sommeil car il n'a pas fait de progrès particulier depuis sa création. En fait, la principale réunion des États membres remonte à 2008.

Création de l'UMA

L’union a été formée le 17 février 1989 à Marrakech, au Maroc. Initialement, l'idée de l'union avait été proposée dès 1956, après l'indépendance du Maroc et de la Tunisie. Le premier sommet auquel ont assisté ces pays membres s'est tenu au Maghreb en 1988. L'objectif principal de l'union était de garantir la coopération dans la région et l'uniformité institutionnelle. Certains des objectifs de l'union sont:

Participer au dialogue international.

Assurer l'indépendance de ses membres.

iii.Protéger les actifs des membres, entre autres objectifs.

En fait, la région dispose de ressources naturelles telles que les réserves de gaz, les phosphates et les réserves de pétrole, entre autres ressources. La proximité de la région avec l'Europe avait ajouté un autre avantage. Les pays membres ont présidé la rotation.

Opérations et défis

Les pionniers de l'union avaient l'intention de réunir les pays membres afin de consolider leurs liens politiques et économiques. Comme la plupart des pays de cette région sont composés principalement de musulmans, on s’attendait à ce que l’union devienne plus forte. En outre, les États nouvellement indépendants étaient désireux de résoudre les problèmes au niveau régional pour accélérer les progrès sociaux et politiques. La disponibilité de minéraux et le fait que la région se situe près de l'Europe ont suscité des attentes.

Les ambitions de coopération régionale de l'UMA ont toutefois été durement touchées. Pour commencer, les dirigeants ont été un obstacle majeur au bon fonctionnement du syndicat en raison de divergences politiques. Par exemple, les présidents marocain et libyen ont sauté des réunions tenues à Alger et ont transféré la présidence algérienne en Libye en 1994. En conséquence, cela a suscité des tensions dans les États membres.

La décision de transférer la présidence n’a pas été bien accueillie par certains membres. Le président libyen de l'époque, Mouammar Kadhafi, a laissé entendre que le moment était venu de placer le syndicat dans un "congélateur". Les pays membres n'étaient pas satisfaits du régime de Kadhafi. Le mode de décision du président libyen était discutable car beaucoup craignaient ses règles dictatoriales. En conséquence, la décision a soulevé de nouvelles tensions au sein d’un syndicat déjà instable.

Un autre défi pour l’Union était la résolution des problèmes entre l’Algérie et le Maroc. Les deux pays avaient paralysé les opérations et les réunions du syndicat au début des années 90 alors qu'ils se battaient pour le Sahara occidental. Les deux pays sont en conflit constant malgré les interventions diplomatiques et le Maroc a intégré le Sahara Occidental dans son royaume, ce qui est très opposé à l'Algérie. En dépit de la déclaration d'indépendance du Sahara occidental en tant que République démocratique arabe sahraouie, le Maroc n'a pas cédé. L'Algérie a depuis lors soutenu la souveraineté des Sahraouis. C'est par de tels désaccords que le syndicat n'a pas réussi à se relever.

En outre, l'instabilité politique de la Libye a encore davantage paralysé l'union. Lorsque Kadhafi a été renversé, la région est devenue un centre mondial de traite des êtres humains. Les tensions politiques et les désaccords ont permis de résumer les problèmes du syndicat qui sont en augmentation.